AVS et AESH, un vrai métier ?

AVS et AESH : des emplois précaires pour une mission pérenne

Plus de 300 000 élèves en situation de handicap sont aujourd’hui accueillis dans les établissements publics et privés de l’Éducation nationale. L’accompagnement des élèves en situation de handicap est aujourd’hui assuré par plus de 80 000 accompagnants AESH et AVS en contrat aidé. C’est un premier pas vers l’inclusion des élèves en situation de handicap, comme prévue par la loi du 11 février 2005.

Malgré les quelques avancées du décret lié au métier d’accompagnant, les écueils restent nombreux vers la reconnaissance des personnels.

En effet, la majeure partie des accompagnants est encore sous contrat de droit privé dont la durée maximale est de deux ans. La formation liée à ces contrats est rarement corrélée à l’emploi et souvent  bricolée par les établissements gestionnaires devant justifier la formation.

Ces personnels côtoient aujourd’hui, pour les mêmes missions,  les auxiliaires de vie scolaire sous statut d’assistants d’éducation, AESH, qui se répartissent autour de trois missions : aide individuelle (AVS-i), aide mutualisée (AVS-m), AVS collectifs intervenant au sein des dispositifs collectifs ULIS (AVS-co).

Ces AESH sont des agents contractuels de l’État recrutés par contrat de droit public. Le contrat est d’une durée maximale de trois ans, renouvelable dans la limite de six ans. Au terme de six années continues d’engagement, les AESH ne peuvent être reconduits qu’en contrat à durée indéterminée (CDI).
Pour le Sgen-CFDT, ce dispositif est un premier pas vers la reconnaissance d’un véritable métier. Pourtant ce dossier est loin d’être clos, le Sgen-CFDT revendique la professionnalisation  qui doit se concrétiser par la création d’emplois statutaires à temps plein.

Quelques données actualisées :

  • En 2018 : 10 900 emplois d’AESH, 100 nouvelles Ulis
  • La possibilité pour les contrats aidés de postuler sur un emploi AESH au bout de 9 mois
  • 60H de formation à la prise de fonction des AESH

Pour en savoir plus :

Compte rendu de l’audience à la DGESCO du 20 avril 2018 sur le projet de décret AESH