Organiser le Bac -3 / bac +3

Saviez vous que :

  • Seul un bachelier sur 2 est titulaire d’un bac général ?
  • La proportion de sortants sans diplôme de l’université varie entre 9% pour les bac généraux et 55% pour les bac professionnels ?
  • Le taux d’élèves issus de familles socialement favorisées est de  36,1 % des élèves de première et terminale générales mais seulement de  17,5 % de ceux de première et terminale technologique et 8,1 % des élèves de la filière professionnelle ?

Ces chiffres démontrent que  la question d’une stratégie nationale de l’enseignement supérieur est liée à une réflexion sur les cursus en amont du bac. On aurait donc pu attendre  des nouveaux ministres en charge de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur qu’ils présentent des réformes pour améliorer ces fortes iniquités sociales. Or le ministère de l’Éducation nationale impose à marche forcée 2 réformes étanches entre les voies générales et technologiques d’une part, et la voie professionnelle d’autre part. Et de façon indépendante, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche pilote une réforme de l’accès au premier cycle, sans quasiment aucun dialogue interministériel préalable.

Des parcours progressifs, diversifiés et personnalisés pour les élèves

Le Sgen-CFDT :

  • revendique au lycée  l’organisation de parcours progressifs, diversifiés et personnaliséspour les élèves qui débutent pendant la classe de 2nde  et préparent le cursus dans le post-bac
  • est porteur d’un bac  qui  certifie les compétences et connaissances acquises et constitue  un « passeport » pour s‘ouvrir des possibilités d’orientation dans le supérieur,  pour y réussir, puis pour s’insérer professionnellement
  • est très critique face aux nouvelles réformes des lycées qui ignorent complètement ce  problème majeur des discriminations sociales en France comme source principale des inégalités scolaires
  • propose de renforcer les liens enseignement secondaire/enseignement supérieur en travaillant sur le projet de l’élève/étudiant dans le temps long du -3/+3
  • soutient les principes de la loi ORE (loi orientation et réussite des étudiants), qui oblige les filières du supérieur à mieux accompagner les étudiants dès leur première année, tant en matière de formation que d’orientation.
  • défend la personnalisation des parcours rendue possible par cette loi, qui doit permettre aux étudiants de construire leur parcours en fonction de leur projet professionnel et personnel
  • dénonce un nouveau bac général incohérent, source de stress et d’une surcharge de travail pour les personnels, sans effet identifié sur la réussite des élèves dans le supérieur.

Une volonté politique de précipiter des réformes aux conséquences majeures dans l’éducation nationale

De façon générale, le Sgen-CFDT déplore la volonté politique de précipiter des  réformes aux conséquences majeures au profit de visées politiciennes de court terme. La formation de la jeunesse semble calquée sur une vision nostalgique de la formation des « honnêtes hommes du XVIIIème siècle », plutôt que sur la volonté de préparer nos enfants au monde complexe du XXIème siècle. Les enjeux de la formation   à la fois économiques et sociétaux semblent occultés au profit d’une vision idéologique passéiste.

Des moyens pour mettre en œuvre une réforme ambitieuse

La loi ORE ne sera qu’un catalogue de bonnes intentions si elle ne s’accompagne pas de substantiels moyens complémentaires : assurer l’accompagnement pédagogique des étudiants du cycle licence implique la création de 500 postes supplémentaire, simplement pour recevoir chacun 15mn par semestre ! Or, cet accompagnement pédagogique pour guider les étudiants dans leurs choix est la mesure phare de cette réforme. Sans parler de l’augmentation continue du nombre d’étudiants depuis quelques années…

 

Pour aller plus loin, lire aussi :

·      « Nouveau bac Blanquer, décryptage d’une occasion manquée»

·      « Nouveau lycée : entre rendez-vous manqués et incertitudes »

·      Place du lycée dans le continuum bac-3/bac+3

·      Voie pro : que penser des annonces Blanquer ?

·      Campus des métiers