Oser l’établissement du premier degré

Organisation de l’école : la piste de l’établissement du premier degré

Les difficultés de fonctionnement de l’école  ne sont pas nouvelles et sont identifiées depuis longtemps :

– les responsabilités qui pèsent sur l’école (pédagogiques, juridiques, administratives, sécuritaires…), en particulier les directeurs, se sont amplifiées, complexifiées et diversifiées ;

– les incapacités juridiques, financières et administratives des écoles les soumettent à des arbitrages institutionnalisés et hors les murs ;

– la charge de travail et de responsabilité des directeurs n’est plus acceptable dans le contexte actuel.

Le relevé de décisions du groupe de travail métier sur les directeurs d’école :

Depuis 2014, les directeurs et directrices d’écoles bénéficient d’un référentiel métier opposable juridiquement qui fixe leurs missions, leur cadre de travail. Il y a eu d’autre part une revalorisation des indemnités liées au poste ainsi qu’une charte de bon fonctionnement entre les IEN et les directeurs et directrices d’école publiée en 2017.

Pourtant, la situation des directeurs et directrices d’écoles est alarmante du fait d’un écart considérable entre le travail prescrit et le travail réel.  Mais c’est aussi d’un véritable problème de reconnaissance de leur professionnalisme qu’il convient de parler.

Pour le Sgen-CFDT, il convient de passer à la vitesse supérieur en donnant une existence juridique aux écoles françaises.

Il ne s’agit pas de proposer une solution clé en main mais de traiter le problème de fond en donnant un statut juridique à l’école. Créer un établissement du premier degré ne se résume pas à seulement améliorer les conditions de travail des directeurs et directrices. C’est aussi prendre en compte celles de tous les personnels dans le cadre d’une organisation collective capable de prendre des décisions, de les porter et les assumer. C’est encore mieux impliquer les acteurs de la communauté éducative (enseignants, parents, personnels territoriaux) pour concevoir et porter un projet d’établissement centré sur les besoins des élèves d’un territoire donné.

Pour le Sgen-CFDT, cet établissement du premier degré devra être :

– proche du territoire où il est implanté : l’enjeu essentiel est de préserver la relation de proximité qu’entretient l’école avec les familles, les partenaires et les élus locaux ;

– démocratique : c’est-à-dire doté de deux instances démocratiques qui lui manquent actuellement : un conseil d’administration et un conseil pédagogique et éducatif ;

– avec des moyens humains : pour permettre à l’établissement de fonctionner correctement, il doit être doté d’une équipe d’adultes pérenne (secrétariat, AED…), une équipe qui doit être formée. C’est ainsi notamment le travail des directeurs et directrices qui s’en verra amélioré .

– avec une réelle autonomie : l’école doit bénéficier de marges de manœuvre pour s’adapter au mieux aux réalités de son territoire et pour pouvoir dialoguer avec les partenaires, notamment dans le cadre des projets éducatifs territoriaux (PEdT).

– avec un projet d’établissement qui fixe les objectifs à atteindre en fonction d’un cadrage national mais aussi de la réalité du territoire sur lequel est implanté l’établissement. Ce projet d’établissement doit être porté par la communauté éducative sur la base d’objectifs partagés.

– avec un pilote d’équipe employé sous statut d’emploi fonctionnel et bénéficiant du temps nécessaire pour mener à bien les actions liées au bon fonctionnement de l’établissement. Cela s’accompagnera bien-sûr d’une reconnaissance indemnitaire de la fonction de directeur ou directrice d’établissement

Il n’y a pas de modèle unique mais plusieurs adaptations d’un cadre général en fonction des réalités territoriales. La mise en place d’expérimentations par des équipes volontaires paraît être une étape nécessaire avant toute généralisation.

Liens vers les articles sur la thématique :

Direction d’école et établissement du premier degré : état de la réflexion du Sgen-CFDT

Gouvernance

Etablissement du premier degré : pour des enseignants acteurs au niveau local !

Pour une plus grande autonomie des équipes : l’établissement du premier degré

Etablissement du premier degré : pourquoi maintenant ?

 

Quel établissement du premier degré ? Des réponses à vos questions