Scolariser les moins de 3 ans

moins de 3 ansUn enjeu de société

L’accueil des moins de 3 ans au sein des écoles maternelles est un enjeu de société pour lequel l’Education nationale doit s’investir en partenariat avec les familles mais aussi les collectivités locales. « La tranche d’âge 0 – 6 ans, est décisive dans le développement et l’épanouissement des enfants. Il s’agit de concrétiser le droit à l’éducation de chaque enfant, le droit de grandir et de s’épanouir… Il s’agit aussi de répondre à l’évolution de la société et aux besoins des familles, pour favoriser l’accès à l’emploi des jeunes parents et particulièrement l’égalité homme/femme » extrait de l’appel de Bobigny (2010).

Pour le Sgen-CFDT, la qualité de l’accueil des jeunes enfants dépend autant de l’implication et de la qualification des adultes que de la qualité de la structure qui accueille. La scolarisation de ces enfants de moins de 3 ans doit faire l’objet d’un projet spécifique, prenant en compte les conditions d’accueil, les relations avec les partenaires (parents et structures petite enfance, place des ATSEM..) ainsi que le pilotage du dispositif retenu.Dans ce cadre, les inspecteurs du premier degré chargés d’accompagner les écoles maternelles ont un rôle central à jouer.

L’accompagnement des collègues

L’accompagnement des collègues est déterminant pour la réussite des dispositifs. Cela implique aussi des personnels communaux formés et qualifiés en nombre suffisant. Cette spécificité et les besoins particuliers des moins de 3 ans doivent réellement être pris en compte pour l’affectation des agents territoriaux (ATSEM) tout comme pour la formation initiale et continue des enseignants.

Les taux d’encadrement sont à définir de façon raisonnable et les affectations doivent être particulièrement accompagnées. Ainsi une scolarisation de qualité pour les moins de 3 ans demande de réunir de bonnes conditions concernant les locaux et les espaces extérieurs. Cela suppose la généralisation de projets éducatifs adaptés pour les moins de trois ans, de projets passerelles avec l’école. Ceux-ci doivent être conduits à la fois par les éducateurs jeunes enfants (EJE), les enseignants et les agents territoriaux (ATSEM), en partenariat avec la PMI et la CAF.

Le Sgen-CFDT revendique un accompagnement des personnels, l’intégration de la spécificité de cette tranche d’âge des moins de 3 ans aux formations et des temps de rencontres inclus dans le temps de travail des collègues.

Assises de l’école maternelle : mise en scène d’une annonce présidentielle

École maternelle : lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale