retour à la page précédente

Enseigner en collèges et lycées : affronter le quotidien

Les changements incessants, le numérique, la gestion de classe : les réalités du quotidien du métier…

Les changements incessants

« Encore une réforme pour rien », « on nous demande de faire des choses qu’on fait depuis longtemps »…

affronter le quotidien WingzVos préoccupations :

Les changements de cap incessants :

Les changements des politiques publiques, des objectifs à atteindre, des « méthodes », associés à des injonctions permanentes pour de « bonnes pratiques » (qui deviennent  mauvaises dès l’année suivante…) sont source de stress, de malaise et de désinvestissement. Et, finalement, ces changements sont contreproductifs pour la réussite des élèves.

Nos réponses :

  • Faire confiance aux équipes !
  • Accorder un temps suffisant aux « réformes »/mesures/pratiques pédagogiques, pour être présentées/comprises/appropriées puis mises en œuvre/évaluées/ améliorées.
  • L’organisation des prises de décisions nécessite l’implication de toutes et tous, une gouvernance plus collective qui prend réellement appui sur les instances de concertation (Conseil pédagogique, Conseil de Vie Lycéenne, Conseil d’Administration…) et repose sur un vrai dialogue social.

Pour aller plus loin :

 

Le numérique

affronter le quotidien chereau numerique« J’arrive dans la classe, il faut 10 minutes pour faire l’appel et 20 minutes pour que les logiciels s’ouvrent… », « les items de Pronote sont instables, il faut les ressaisir chaque année, et parfois plusieurs fois dans l’année parce que la base les a écrasés… »

Vos préoccupations :

Des incitations à utiliser le numérique et l’informatique, mais des problèmes quotidiens de maintenance et de matériel, de formation et d’usages, de surcharge de travail et d’impression de connexion permanente…

Nos réponses :

Le numérique éducatif, c’est de l’investissement :

  • en matériel et locaux (ordinateurs, tablettes, tableaux blancs interactifs…), des connexions internet haut débit, un bon réseau Wifi…
  • en  personnels pour la maintenance, formés régulièrement et en nombre suffisant, avec des statuts stables car leurs missions sont pérennes,
  • en temps de formation et d’accompagnement pour les usagers (enseignants, élèves, parents…)

Pour aller plus loin :

 

La « gestion de classe »

« je ne sais pas gérer cet élève », « je ne suis pas payé pour ça », « ils n’ont rien à faire là », « j’en peux plus de celui-là », « je ne suis pas formé pour ça »…

Vos préoccupations :

  • une « perte de temps » : vérification du matériel, hétérogénéité des élèves, sanctions…
  • la difficulté à « faire cours » : incivilités / démotivation des élèves / inadéquation du niveau avec les attendus des programmes,
  • une perte de sens : l’impression de ne pas pouvoir faire vivre ses valeurs au quotidien, de ne pas « bien faire » son métier, de devoir se conformer à des contraintes absurdes….

Nos réponses :

Des solutions adaptées, diversifiées et multiples :

  • des groupes à effectifs réduits, adaptés à des pédagogies variées
    • manipulation,
    • pratique orale, en langues vivantes en particulier,
    • activités sportives (natation..) et artistique…
  • des moyens suffisants et adaptés aux situations,
  • de la co-intervention/co-animation pour apaiser le climat et avoir un regard croisé sur des thèmes donnés,
  • des dispositifs « sur-mesure » pour faire face aux difficultés des élèves :
  • Sortir de la culpabilisation : un prof ne peut pas  (et ne doit pas) résoudre tout,  tout seul. Il y a nécessité d’équipes pluriprofessionnelles complètes (PsyEN, infirmières, AS, AED, AESH, CPE…) pour prendre en charge les diverses problématiques  apprentissage, comportement, besoins particuliers…)
  • Proposer des formations à tous les enseignants régulièrement, notamment sur site, adaptées aux situations locales, et développer l’accompagnement des équipes.

Pour aller plus loin :

> Pour en savoir plus, consulter le site du SGEN-CFDT